Galerie du Pistolet d'Or - Achat et vente de tableaux

subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link

Robert Michiels (La Louvière, 1933)

Cliquez sur l'image pour lire la description de la sculpture

BIOGRAPHIE:

Sculpteur, assemblagiste. Débute comme musicien de jazz et peintre mais opte rapidement pour la sculpture. Autodidacte. Sa rencontre avec Achille Chavée et Pol Bury au début des années 60 l'influence et accroît son activité artistique. Sans cesse à la découverte de matières et de possibilités d'assemblages de matériaux récupérés, son œuvre est faite de figures et de groupes où l'humour et le jeu de l'invention composent des architecturtes insolites. Assemble des éléments industriels et des matériaux de récupération en combinaison avec le bois pour en faire des figures humaines, des animaux et des insectes étranges, souvent avec une touche surréaliste. L'élément répétitif joue aussi son rôle dans ses sculptures. Prix de la "Jeune Sculpture Belge" en 1966 (avec Pol Spilliart). Prix du Hainaut en 1967, Premier prix à la "Biennale de Paris" en 1969 et à la "Biennale de Middelheim" à Anvers en 1969. A réalisé des œuvres monumentales pour le Centre Hositalier de Tivoli à La Louvière, pour la ville de Nivelles, l'université du Travail à Charleroi et le Centre Sportif et la "Fédération des Mutualités du Centre".

REALITE DE ROBERT MICHIELS PAR ACHILLE CHAVEE

C'est une opération délicate de vouloir situer dans un éclairage objectif l'œuvre remarquable de Robert Michiels qui tout à la fois désoriente et séduit en ce qu'elle réussit à résoudre une contradiction vieille comme la monde.

Il s'agit en effet d'une tentative magique de réconciliation entre ces deux entités qui se partagent notre univers psychique, la matière et l'esprit.

C'est parce que Michiels est un créateur qui a osé accorder un libre cours total à son imagination qu'il reconnaît souveraine - ce en quoi il s'apparente incontestablement au surréalisme - que son tempérament puissant a su en quelque sorte harmoniser ces deux réalités traditionnellement conçues comme antagonistes.

Ainsi que d'aucuns commencent à le soupçonner tout acte créateur est un acte d'amour.

Michiels a pris l'amour de la matière dans ses premiers combats avec elle du temps quil était menuisier et cet amour n'a pas cessé de s'élargir, partant du bois que lui proposait la nature pour s'étendre à celui des déchets qu'engendre l'usinage comme des scories d'acier, pour atteindre à l'objet achevé de l'industrie arrivé à son degré le plus dégradé comme le squelette d'une voiture automobile.

Sans doute dès le départ Michiels a-t-il instinctivement et profondément éprouvé que dans le monde toute chose témoigne, qu'il n'est rien à mépriser, que le moindre éclat déchu de civilisation constitue un aliment psychique pour notre perpétuelle interrogation, comme une poterie mutilée nous éclaire sur les premiers âges de l'humanité.

Encore faut-il avoir vécu un grand drame intérieur, l'avoir porté longtemps en soi, lui avoir permis de mûrir pour atteindre à cette forme émouvante de sensibilité, pour découvrir cette complicité permanente existant entre la matière et la pensée.

Encore faut-il aussi posséder un puissant tempérament d'artiste pour faire surgir d'éléments délictueux aux yeux du conformisme, une œuvre solidement assise, pour exprimer l'expérience vécue dans cette défense et cette réhabilitation de la matière ansi que Michiels ne craint de l'entreprendre, accordant au plus humble matériau son titre de noblesse comme le vrai poète sait faire bon usage d'un mot de très vieille roture.

Dès le départ l'artisan Michiels éprouvait dans son instinct d'authenticité et illustrait ensuite plastiquement cet aphorisme qui lui a permis d'orienter sans erreur sa recherche désintéressée: il ne faut pas crier haro sur la matière.

J'ose discerner dans son œuvre un processus dialectique d'une haute dignité, d'une étrange sévérité, d'une prenante sincérité.

En fait de thèse: la matière première trouvée, choisie par l'homme et qui par le fait même porte déjà en elle, dès ce moment, une forme de prédestination.

L'antithèse: dans ce que cette matière travaillée par l'homme porte ainsi en elle sa négation est appelée à se détruire dans l'usage même à caractère utilitaire et nécessairement fugitif qu'en feront les hommes.

La synthèse enfin qui tend à recueillir de l'aventure, dans l'œuvre créée, le caractère de permanence humaine, de figuration dramatisée à l'imge de tout destin, avec ses racines qui plongent dans le passé, avec une certaine aura qui luit dans le présent, avec son masque de mystère qui interroge l'avenir à sa manière sybilline.

L'œuvre de Michiels est le produit d'un mouvement dialectique qui, tous, nous concerne dans la mesure même où elle constitue, avec une part de tragique inquiétude, un suspense psychologique qui interroge le devenir, qui nous contraint aussi à nous interroger avec elle, avec lui, pour le meilleur et pour le pire.

Il n'entre pas dans mon propos de parler longuement des aspects plastiques de l'œuvre.

Celle-ci s'impose par ses qualités d'originalité, de volume et d'équilibre.

Chaque objet créé par Michiels impose sa présence, occupe sans discussion possible, habite intrinsèquement une parcelle d'espace que nul n'oserait lui contester.

Sa haute valeur tient non seulement à la manière dont elle renouvelle l'univers de la figuration humaine mais aussi parce qu'elle s'inscrit d'une manière ineffaçable dans ce grand courant de la sensibilité créatrice contemporaine qui tend sans arrière-pensée, parce qu'éprouvé comme nécessité, à la spiritualisation de la matière.

C'est à un endroit électif de ce courant, en y situant l'œuvre de Robert Michiels, que l'on peut parler sans crainte aucune de commettre une erreur, de témoignage concret, de permanence à toute épreuve.

Dans le jardin de l'atelier où Robert Michiels poursuit son œuvre, j'ai vu, pour vous ,un oiseau se poser sur l'épaule de l'une de ses sculptures, sans l'ombre d'une hésitation, comme une vivante signature de touchante complicité. Septembre, 1967.

Galerie du Pistolet d'Or rue du Hautbois, 35 - 7000 Mons

065/317097 ou 0479/965963

Ouvert le lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi de 14h30 à 19h.

T.V.A. : BE0783136032

Email: info@galeriedupistoletdor.com