Galerie du Pistolet d'Or - Achat et vente de tableaux

subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link

Henry Lejeune (Ecaussines-d'Enghien, 1930 - Braine-Le-Comte, 2014)

Cliquez sur l'image pour lire la description du tableau

Ce tableau a été vendu par la galerie du Pistolet d'Or

Cette aquarelle a été vendue par la Galerie du Pistolet d'Or

Biographie:

Peintre, dessinateur, graveur, céramiste. Autodidacte. Formation en céramique aux "Arts et Métiers" à La Louvière. En 1952, débute comme peintre autodidacte; actif comme céramiste-faïencier de 1955 à 1967, comme animateur culturel de 1967 à 1974. En 1968, fondateur du groupe: "Les Racines du Manoir". Il se montre d'emblée attiré par des visions intérieures et fantastiques qu'il dessine et qu'il grave . En 1970, il entre en contact avec les surréalistes belges et expose pour la première fois cette année-là. Il fréquente le surréaliste Armand Simon , le groupe "Fantasmagie" d'Aubin Pasque et s'intéresse à la revue "Gradiva" de Jacqueline Hondermarcq. Débute avec des dessins à la plume dans lesquels sont incorporés des éléments tant abstraits, issus du subconscient que figuratifs. Il découvre ensuite le pouvoir de la couleur et explore un univers tachiste de nature cosmique et abstraite en dialogue avec son inconscient. Crée également des maquettes pour des objets-livres. Œuvres au cabinet des Estampes à Bruxelles.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LES RACINES DU MANOIR (ou le surréalisme à l'abri des donjons)

Ecaussines, c'est d'abord un admirable lieu. Par là s'explique sans doute la présence de prestigieux châteaux, dont le château-fort. C'est la terre natale d'un barde authentique, Julos Beaucarne. Y est né un être riche, bourré d'idées et de talent: Henry Lejeune. Trop tôt ou trop tard parce que son groupe, "Les Racines du Manoir" qui rassemblait surtout des jeunes de la région, s'est constitué à une époque où toute initiative du genre signifiait une gageure symbolique de folie. Ce fut pourtant une réussite. L'exposition de 1971 meublait la salle d'armes du château-fort de tout ce que les groupes surréalistes du Hainaut et leurs successeurs ont produit de valable.

Une revue, "Le Déraciné", dans laquelle Julos Beaucarne est toujours présent par des créations textuelles inédites, inconnues, d'une rare sensibilité. Henry Lejeune, bien sûr, qui a toujours gravité autour du surréalisme sans jamais s'y aaservir. Un plus jeune encore. Marc Deneyer. En 1977, "Les Racines du Manoir" publient un livre de Deneyer, bien entendu confidentiel mais digne d'une vigilante attention: "Les Jardins du Bazar". Il s'agit d'un mélange de nouvelles brèves, de bandes déssinées provocatrices et bien dans la ligne des outrances surréalistes, d'aphorismes qui annoncent la couleur: "Un séminariste ne plaisante jamais même avec humour".

Surtout des égo-textes, pièces d'identité d'un jeune artiste qui mesure à ses justes dimensions l'absurdité du monde ambiant: "...Au fond de moi il y a l'image d'une tristesse sans âge qui fait briller des yeux noirs rendus plus fragiles par la chaleur trouvée un soir de frais et qui s'en va...."

Et, en finale, le voeu de l'artiste, émouvant, un peu fleur bleue sans doute mais fidèle à l'âge d'or surréaliste.

"Que le monde explose, fulgure, comble tout le monde de cadeaux inestimables et variés "Que tout le monde distribue des fleurs de crêpe rouge ou bleu ou jaune et des faux nez arc-en-ciel puis de chapeaux aux formes invraisemblables des chaussures vertes de délire et des perruques dorées "Que tout le monde prépare ses montures fantastiques et ses attelages rutilants...."Que tout le monde se tienne prêt à partir en voyage...."Puis petit à petit la marée infinie des chars fous jusqu'aux infimes points brillants à l'horizon s'envolera de tous les coins de la terre à perte de vue "Et ce sera un commencement".

Profession de foi, image de la croyance indestructible en la fantaisie, l'amour, la création. Synthèse des élans d'enthousiasme qui animaient les fondateurs des "Racines du Manoir" et de leur tribune. "Le Déraciné". Peut-être, un jour revenu à ses Ecaussinnes natales, Henry Lejeune osera-t-il reprendre le flambeau et rendre à la superbe clepsydre conservée dans le château féodal, chère à Achille Chavée, sa merveilleuse et redoutable mission à mesurer le temps....

Les surréalistes wallons, Achille Bechet et Christine Bechet, Editions Labor, 1987

Galerie du Pistolet d'Or rue du Hautbois, 35 - 7000 Mons

065/317097 ou 0479/965963

Ouvert le lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi de 14h30 à 19h.

Email: info@galeriedupistoletdor.com