Galerie du Pistolet d'Or - Achat et vente de tableaux

subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link

Emile Salkin (Bruxelles, 1900 - Cotignac, 1977)

Cliquez sur l'image pour lire la description de l'oeuvre

Ce dessin a été vendu par la Galerie du Pistolet d'Or

Collection galerie du Pistolet d'Or

BIOGRAPHIE:

Peintre, dessinateur, graveur et auteur de cartons de tapisseries. Après avoir travaillé sous la tutelle de F. Schirren, part à Paris en 1921 étudier auprès de C. Rossi et B. Naudin. Enseignant aux académies d' Anderlecht (dont il est également directeur), de Namur et de Tournai, ainsi qu' à La Cambre (E.N.S.A.V.). La première période (1928-1945) de son œuvre est celle du fauvisme figuratif suivi d'une tendance au surréalisme. De 1947 à 1955, la période espagnole voit les thèmes des taureaux, corridas et figures féminines traités dans des tons très vifs. Vient alors la période "des circulations" de 1956 à 1960, autour du thème du trafic automobile. La période de 1961 à 1965 est une période dite non-objective tendant à l' expressionnisme. Le retour au figuratif aura lieu en 1966 avec la période "des camions" qui, dans les années septante, sera prétexte à une vision géometrisée et tendant à l' abstraction. Réalise plusieurs fresques dont une pour la chapelle d' Estaimbourg en 1954.

EMILE SALKIN, "LE POP" DANS LES VEINES par Willy Van den Bussche (Conservateur du Musée d' Ostende)

Pop Art, nouveau réalisme ou la consommation mise en image dans les années 60: Les Golden Sixties. L' abondance qui suivit les grandes privations de la deuxième guerre mondiale fut largement traitée par de nombreux artistes américains, anglais et européens, sous une forme artistique qui glorifiait la banalité du quotidien tout en le critiquant. C' est Pierre Restany, le père du Nouveau Realisme, qui lors de la rétrospective Salkin organisée au PMMK d' Ostende en 2002, déclara que Salkin était sans doute le premier artiste Pop Art, tant les "Circulations" de 1957 l' avaient enthousiasmé. Les coloris éclatants, la composition en aplats ainsi que le lien thématique avec la vie quotidienne des citadins concouraient manifestement à faire de lui le précurseur d' un mouvement qui allait, en son absence, conquérir le monde. Avant même que la congestion routière ne devienne une réalité, Salkin représenta des voitures et des camions pris dans les embouteillages et une circulation paralysée qui allait bientôt faire partie de notre quotidien. Bien avant tout le monde, il réalisait des séries de toiles gigantesques sur lesquelles il peignait d'une manière toute personnelle, avec sa propre palette et ses propres mélanges de couleurs, la dynamique de la circulation. Dans les annees 60, il se passionna pour ce thème et y apporta une connotation presque psychedélique à travers la représentation de jeunes faisant la fête dans la rue, où se mêlaient hippies et voitures en circulation. Salkin associait l' appetit de vivre de la jeunesse à l' agitation de la ville et à l' intensite du trafic. Il va sans dire que les évènements parisiens de mai 1968 ne lui échappèrent pas, ce qui conduisit naturellement à de spectaculaires tableaux peuplés de jeunes en plein affrontement, rappelant des œuvres plus anciennes comme la "Nef des Fous". Il est aussi singulier de voir comme l' artiste, outre ses associations bizarres de jeunes gens et de véhicules, fait circuler des animaux tels que des chevaux, des éléphants, des tigres et des zèbres au milieu des voitures. Ces liens absurdes allaient être repris tels quels par le constructeur automobile italien Fiat pour ses campagnes publicitaires. Dans ce monde de la mode, également, on verra apparaître régulièrement des motifs et même des lignes de vêtements complètes trouvant leur origine dans le travail de Salkin. Autrement dit, les exemples ne manquent pas pour montrer que Salkin fut un précurseur du Pop Art, mais aussi un homme qui réussit à influencer la mode et la publicité sans que celles-ci aient le tact de reconnaître leurs emprunts à l' artiste.

Galerie du Pistolet d'Or rue du Hautbois, 35 - 7000 Mons

065/317097 ou 0479/965963

Ouvert le lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi de 14h30 à 19h.

Email: info@galeriedupistoletdor.com