Galerie du Pistolet d'Or - Achat et vente de tableaux

subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link

Anto-Carte (Mons, 1886 - Bruxelles, 1954)

Cette aquarelle a été vendue par la Galerie du Pistolet d'Or

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette estampe a été vendue par la Galerie du Pistolet d'Or

BIOGRAPHIE:

Peintre (notamment d'oeuvres monumentales), lithographe, aquarelliste, dessinateur, scénographe et illustrateur. Elève à l'académie de Mons chez A. Boulard et E. Motte, puis à l'académie de Bruxelles chez C. Montald, J. Delville et E. Fabry. Collabore avec Leon Bakst aux décors des ballets de Diaghilev a Paris. Admirateur de P. Puvis de Chavannes et de M. Denis, il découvre au Louvre les peintres florentins et siennois du XVe siècle. Au cours d'un voyage en Italie, il s'initie à la technique de la fresque, avant de partir pour le Maroc. Membre fondateur du groupe Nervia en 1928. Tout à la fois expressionniste, symboliste et mystique, il peint à la manière des peintres du quattrocento et de Bruegel des scènes bibliques dont les protagonistes prennent les traits de paysans, de marins ou d'ouvriers. La plupart de ses tableaux présentent de larges tons en aplats et révèlent une science profonde du dessin, une puissance expressive et une volonté de synthèse décorative. Nommé professeur a l'E.N.S.A.A.D. (La Cambre, Bruxelles) de 1929 à 1932, puis à l'académie de Bruxelles, où il succède à C. Montald dans l'atelier d'art décoratif et monumental. En 1951, il est élu membre de l'Académie royale de Belgique. Participe au groupe "Les Imagiers belges" avec V. de Saedeleer, G. van de Woestyne, I. Opsomer et le sculpteur M. Wolfers, artistes présentés par le cercle "Pour l'Art" au salon d'Automne de 1921 à Paris. Lors d'une exposition au Carnegie Museum of Art de Pittsburgh (Pennsylvanie) en 1925, les soixante toiles exposées sont vendues. En 1929, il recoit la médaille d'or à l' Exposition internationale de Barcelone.

LE VITRAIL D'HENSIES-POMMEROEUL

Anto-Carte, qui réalisa des projets pour la plupart des arts décoratifs, en fit donc également pour le vitrait. Il enseigna d'ailleurs l'art du vitrail ainsi que les autres arts décoratifs à partir de 1932, à l'Académie de Bruxelles, en remplacement de Montald. Il créa des projets les plus intéressants entre les deux guerres et surtout avant 1930. Ceux d'après-guerre seront moins intéressants.

Au début du siècle, face au vitrail religieux encore fort tributaire des écoles Saint-Luc dont certains verriers essayaient pourtant de se dégager, l'Art nouveau s'était principalement exprimé dans le vitrail profane. Anto-Carte se lança dans l'art du vitrail grâce à sa rencontre avec le verrier F-P Colpaert (Oudenaarde, 1886 - Bruxelles, 1940). Leur premier grand projet est semble-t-il, celui des charbonnages d'Hensies-Pommeroeul pour un bâtiment du Puits des Sartys. Anto-Carte fut payé en 1921 pour le projet du vitrail mais, en 1922, il demandait aux Charbonnages de pouvoir retarder le placement de la partie supérieure de celui-ci afin qu'elle puisse figurer au salon d'Art monumental à Gand. Les charbonnages étaient réticents mais Carte insista en soulignant que Colpaert avait fait de grands sacrifices pour réaliser cette œuvre pour les deux tiers du montant prévu initialement.

Ce vitrail montre une préoccupation majeure issue d'ailleurs de l'Art nouveau, de faire de l'art partout et pour tous. Cette volonté d'intégrer l'art dans la vie quotidienne se remarque surtout à l'époque dans certaines publication comme Savoir et Beauté et semble d'ailleurs être aussi une volonté assez constante chez les artistes wallons. Finalement, le vitrail de Carte et Colpaert fut placé fin 1923 ou début 1924.

Il se compose de quatre parties: un grand demi-cercle de 5,65 m de diamètre au dessus de trois rectangles de 2,15 m de haut. Les panneaux sont maintenus par une armature métallique orthogonale. Les trois panneaux inférieurs, placés derrière des guichets à Hensies, étaient invisibles de l'intérieur. Il représentent une femme assise tenant une lanterne de mineur sur fond de volutes et de nuages. A la partie supérieure, plusieurs mineurs se détachent aussi sur fond de fumées ondoyantes. Le vitrail est signé dans le coin inférieur gauche: "EXECUTE PAR F-P COLPAERT D'APRES LES DESSINS D'ANTO-CARTE."

Les personnages monumentaux sont construits en grandes plages simples et contrastent avec la légèreté des volutes très décoratives. Cette œuvre est particulièrement intéressante d'un point de vue technique puisqu'elle se compose de deux verrières placées l'une contre l'autre dans la battée de la fenêtre et comportant un dessin différent: à l'intérieur, les grandes formes simples et, sur les panneaux extérieurs, un réseau de plomb plus fouillé. Les deux réseaux de plomb se superposent donc et crée une impression de profondeur par le dessin atténué des panneaux extérieurs. La verrière extérieure est réalisée dans les teintes vertes, bleues, jaunes tandis qu'à l'intérieur dominent les couleurs plus chaudes, le rouge et le pourpre; ces teintes superposées font naître de nouvelles et subtiles nuances colorées. On trouve aussi dans cette œuvre une grande variété de verres: des verres plaqués ou doublés, des verres antiques, des verres "cathédrale" parfois utilisés en double épaisseur, des verres "cathédrale" flammés, des verres américains ou Tiffany.

L'acide a aussi été largement utilisé pour créer des dégradés ou des contrastes dans les verres doublés (coiffure de la femme, mains des personnages). Par contre, la grisaille a peu de place ici; épaisse et noire, elle trace quelques traits perpendiculaires aux plombs, de petites hachures parallèles et elle peut imiter les plombs pour les visages, par exemple.

Cette grande diversité de verres, tant pour les couleurs que pour les textures de surface, et la quasi absence de grisaille, correspondent à l'idéal prôné par l'Art nouveau et l'Art déco, pour la diminution de la peinture au profit de la matière et de la lumière.

Yvette Vanden Bemden dans ANTO-CARTE, Catalogue d'Exposition Musée des Beaux-Arts de Mons, 21/09 au 26/11/1995

 

 

Galerie du Pistolet d'Or rue du Hautbois, 35 - 7000 Mons

065/317097 ou 0479/965963

Ouvert le lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi de 14h30 à 19h.

Email: info@galeriedupistoletdor.com